BECKETT BOULEVARD - DE KOE

ETATS CRITIQUES – théâtre, cinéma, danse, littérature


crédit photo : KoenBroos



La politique, c’est Chic


Le Théâtre Garonne, c'est un peu la deuxième maison de la compagnie flamande De Koe qui y créait la version française de sa pièce Beckett Boulevard. La première avait lieu mercredi 5 février. 
Trois acteurs, soit Peter Van den Eede, Nico Sturm et Natali Broods qui se connaissent de longue date – Nico et Natali ont même été « soi disant » en couple à une époque – se retrouvent « soi disant » au restaurant. L’actrice aurait décidé d’arrêter sa carrière pour se lancer dans la politique, Nico, lui, serait obsédé par les WC et Peter serait serveur dans ce même restaurant. Ou du moins s’évertuerait à l’être. Mais auparavant, ils nous auront rapporté une histoire – beckettienne ? – où, après la visite d’un musée à Québec, sur le fameux Beckett Boulevard, ils se seraient perdus dans un parking souterrain au niveau -9,  incapables de retrouver la sortie. Mais encore auparavant, on aura écouté un épilogue, sous forme d’entretien radio,  placé en prologue, puis entendu une chanson du groupe Chic, motif récurrent de la pièce, et une chaise du décor, toute neuve, aura été extirpée de son carton d’emballage et billes de polystyrène. Mais de quoi s’agit-il en fait ? Si Peter se refuse à tout didactisme afin de préserver la magie du spectacle, comme il l’affirme, la projection au mitan de la pièce d’une interview télévisée animée par un vrai présentateur totalement déboussolé (Christophe Deborsu) aura peine à fournir quelques pistes. « Une pièce sur la fatigue » se hasarde peu convaincu Nico, pressé par le journaliste. « Non, sur l’identité » ergote Peter. Cette mise en abyme cocasse s’avère le point d’orgue d’une réflexion vertigineuse sur le métier d’acteur et l’art de la scène. Comédiens, personnages et personnes se confondent ici dans un jeu de miroir existentiel et s’amusent à nous perdre dans les méandres de la fiction et de la réalité, de l’authenticité et de la crédibilité. Comme toujours chez De Koe (comme chez l’autre collectif belge Tg STAN), les comédiens ne cessent de sortir de leur rôle et d’y retourner, prenant à témoin les spectateurs complices de cette mise à nu des conventions théâtrales dont ils sont maitres en la matière. Peter Van den Eede, véritable clown funambule de la compagnie, excelle particulièrement à ce jeu. Le centre : c’est ce que cherchent véritablement ces trois-là, c’est-à-dire leur propre identité et non le reflet de celle-ci. Mais comment faire quand on est une personnalité publique comme le sont les comédiens, les hommes politiques et même les serveurs de restaurant, obligés eux aussi à jouer la comédie ? Beckett Boulevard serait alors une pièce beckettienne, où l’on jouerait à ne pas se reconnaître, ou plutôt où l’on jouerait à faire semblant de ne pas se reconnaître. Mentir pour être le plus crédible possible : c’est là tout le paradoxe du comédien, non ? Si la pièce peut perdre en cours de route l’attention du spectateur dans son labyrinthe infernal d'anecdotes et arguties au sous-texte philosophique, l’on ne peut qu’être admiratif de ces comédiens captivants, au jeu et à la présence – le mot est de circonstance – authentiques, en tout cas d’une dextérité folle dans une langue qui de surcroit n’est même pas la leur.  

Sarah Authesserre

Création française de Beckett Boulevard : mercredi 5 février 2020 au Théâtre Garonne

Conception, texte et interprétation en néerlandais : 
Natali Broods, Peter Van den Eede, Willem de Wolf

Interprétation de la version française :
Natali Broods, Nico Sturm, Peter Van den Eede

Production : De Koe

Coproduction version française : Théâtre Garonne, scène européenne – Toulouse ; Théâtre de Nîmes ; Théâtre du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence ; La Vignette, scène conventionnée – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Dates de la tournée française : 
- du 5 au 8 et 11 & 12 février 2020 : Théâtre Garonne, Toulouse
- 5 et 6 mars 2020 : Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence
- du 10 au 12 mars 2020 : Théâtre la Vignette, Montpellier